La Chine est prête à aider les pays africains à accéder à l’indépendance économique »

  • Source: : Le Soleil | Le 12 avril, 2017 à 16:04:55 | Lu 11669 fois | 17 Commentaires
content_image

La Chine est prête à aider les pays africains à accéder à l’indépendance économique »

Face à des journalistes africains, hier, à Beijing, le vice-directeur général du département des affaires africaines du ministère des Affaires étrangères de la Chine, Dai Bing, a rappelé que son pays, la Chine, est prête à aider les pays africains à avoir une indépendance économique.

« La Chine est prête à aider les pays africains à avoir une indépendance économique et à devenir l’amie de l’Afrique », a estimé, hier, à Beijing, le vice-directeur général du département des affaires africaines du ministère des Affaires étrangères de la Chine, Dai Bing. Il animait une conférence de presse sur les relations entre l’empire du milieu et le continent noir. A en croire le diplomate, la coopération entre les deux entités est dans une phase d’opportunités économiques. « Nous avons beaucoup de domaines complémentaires et d’importantes potentialités de coopération », a-t-il soutenu non sans avoir constaté trois changements majeurs dans les rapports entre la Chine et l’Afrique. Il s’agit de la transition vers une économie de marché, d’une croissance du volume des échanges et de l’importance grandissante des Investissements directs étrangers (Ide). D’où l’espoir qu’il porte sur les relations entre l’Afrique et la Chine.

D’ailleurs, ces deux entités ont décidé de relever le niveau de leur coopération en accordant plus d’importance au développement mutuel et intense, à l’écologie et à l’ouverture du marché, entre autres. C’est dans ce sens que la Chine a ouvert des zones économiques spéciales pilotes en Tanzanie, au Kenya, en Ethiopie et au Congo. Des modèles qui, soutient Dai Bing, pourront être dupliqués ailleurs si toutefois ils réussissent. Le diplomate Dai Bing a aussi cité des pays comme l’Égypte, le Rwanda et le Sénégal comme étant importants dans la coopération Chine-Afrique. Il a également mis l’accent sur l’importance de poursuivre la sécurisation du développement, l’écologie ou encore l’ouverture.

En décembre 2015, la Chine avait accordé à l’Afrique 60 milliards de dollars soit environ 34,2 trillions de FCfa lors du Forum sur la coopération Afrique Chine (Focac). Sur ce montant, rappelle-t-il, les 35 milliards de dollars (19,950 trillions de FCfa) sont alloués, avec un taux d’intérêt préférentiel, les 10 milliards de dollars (5,7 trillions de FCfa) au financement des entreprises chinoises ou africaines pour des projets locaux et les 5 milliards de dollars (2,850 trillions de FCfa) restants accordés avec un taux d’intérêt nul. Durant cette rencontre tenue à Johannesburg en Afrique du Sud, il y a deux ans maintenant, souligne Dai Bing, il a été proposé plusieurs programmes et projets portant sur la coopération future entre les deux entités. Il s’agit d’une dizaine de points dont, entre autres, l’industrialisation, la modernisation de l’agriculture, les infrastructures, la réduction de la pauvreté, la santé publique, la paix et la sécurité. Des points qui sont en phase avec l’Agenda 2063 de l’Union africaine (Ua).

Pour rappel, le président Xi Jinping a effectué sa première visite officielle en Afrique. Il s’est rendu en mars 2013 en Tanzanie, en Afrique du Sud et au Congo. Durant son déplacement, il avait mis en avant les mots vérité, pragmatisme, honnêteté et intimité. En d’autres termes, il fallait traiter d’égal à égal, être efficient mais aussi mettre en avant l’amitié et la non ingérence.

De notre correspondant à Beijing, Aly DIOUF


Auteur: Aly Diouf - Le Soleil






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (8)


Anonyme En Avril, 2017 (16:14 PM) 0 FansN°: 1
espece de menteur ou est-ce-que tu as vu un pays aider un autre pays a se developper alors que son statut economique depend de ces pays .Voyous si les chinois sont economiquement developpes alors que font tous ces chinois dans les pays africains ,rentrez chez vous espece de voyous

Reply_author En Avril, 2017 (16:48 PM) 0 FansN°: 1
avant d'aller nous lier économique à un un pays,
nous devons nous positionner stratégiquement.
afin de tirer profit des opportunités qu'on nous présente.

pour avoir un rapport de force favorable, nos relations internationales
doivent se faire dans le cadre de l'afrique de l'ouest (cedeao)
une relation afrique de l'ouest - chine et moins déséquilibrée qu'une
relation sénégal-chine.

nous devons faire preuve d’intelligence et de vision.
Reply_author En Avril, 2017 (17:22 PM) 0 FansN°: 2
c toi qui devrait se faire foutre avec ta sale mentalite d'eternel esclave/colonise. la chine a fait 100 fois pr l'afrique en moins de 30ans que tous les pays occidentaux reunis depuis plus de 300ans et cela malgre toute la propaganda anti-chinoise des medias occidentaux
Reply_author En Avril, 2017 (07:54 AM) 0 FansN°: 3
nous ne pourrons jamais nous developper avec le cfa.
la chine est en train de faire une merveille en ethiopie et au kenya
Anonyme En Avril, 2017 (16:26 PM) 0 FansN°: 2
Enfin, un pays honnête qui comprend le monde et s'engage à aider les plus faibles! Et sans aucun intérêt en retour, chapeau bas!
Reply_author En Avril, 2017 (16:56 PM) 0 FansN°: 1
mon frère tu devrais bannir le mot aide de ton vocabulaire.
si tu vas à la table des négociations avec une attitude de talibé, tu auras des
miettes sur des richesses qui sont pourtant à toi.

commence par donner de la valeur à ce que tu as.

si les gens viennent de très loin pour te voir, ce n'est pas pour l'amour
ou la crainte de dieu. ils viennent te voir parce qu'ils savent que tu
as des trésors chez toi.
Lat Dior En Avril, 2017 (16:41 PM) 0 FansN°: 3
Les rapports entre Etats ne sont dictés que les intérêts ; Si c'est du 50/50 ,Les pays africains sont perdants ! Il faut du 75 /25 plus un transfert de compétences (transfert de technologies).

Sans quoi , nos ressources seront surexploitées et valorisées par d'autres états et nous réduire aux rang de simples consommateurs plus sous développés qu'avant.
Anonyme En Avril, 2017 (16:49 PM) 0 FansN°: 4
:respectez nous d'abord xaxataay: :xaxataay:  :xaxataay:  :xaxataay:  :xaxataay:  :xaxataay:  :rigolo: 
Reply_author En Avril, 2017 (16:57 PM) 0 FansN°: 1
commence pas inspirer le respect par tes actes et tes paroles.
Wampus En Avril, 2017 (18:18 PM) 0 FansN°: 5
Les russes et le chinois ne sont pas des enfants de chœur mais il est bien établi qu'ils ont la réputation de tenir promesse et d'honorer leur contrats au contraire des occidentaux qui ont le don de te planter dans le décors a la moindre occasion. Le Maroc a été depuis son indépendance en relation étroite avec l Europe et les les américains et il a même réussi a conclure des partenariats avantageux et avoir un statut de partenaire spéciale avec l'Union européenne . Mais les européens montrèrent d'habiles maitres chanteurs qui vous font payez très cher ce genres de partenariats . Cependant le Maroc n'est pas un os facile a digérer et le gouvernement s'est lancé vers d'autres partenariats et diversifier ses relations politico-économique . Aujourd’hui le Maroc sans pétrole ni gaz dépend de moins en moins de cette union néfaste et déjà se retrouve en voix d’émergence . le Roi s’était rendu en chine et a réussi a se procurer un partenariat avantageux et équitable et dernièrement a Tanger et avec le concours de chinois une gigantesque ville industrielle a été lancée sur un terrain de 2000 hectares. 200 sociétés spécialisées dans des industries de pointe dans l’informatique, l'aéronautique, l'automobilisme la pharmaceutique et... dans la machinerie.

un projet qui crée 100 000 emplois .

Avant d'aller frapper aux portes des autres le Maroc s’était déjà lancer dans la formation dans les industries de pointe et des milliers de cadres supérieurs qualifiés ;ingénieurs et techniciens spécialisés sont prés a faire tourner la roue. Le Maroc depuis 20 ans œuvre dans la qualification et la modernisation de ses infrastructures routiers et maritimes . on n’émerge pas avec les belles paroles ni avec la mentalité du clan et de la tribus .

Certes le chinois
Reply_author En Avril, 2017 (21:58 PM) 0 FansN°: 1
une chose est certaine les présidents ouest africains feraient bien
de prendre note de la manière de faire du maroc.

dans la vie il faut avoir une vision et de l'audace.

on peut se demander s'ils ont une vision ouest africaine
et s'ils vont avoir l'audace de faire de l'afrique de l'ouest une nation.
Anonyme En Avril, 2017 (19:03 PM) 0 FansN°: 6
CE SONT LES AFRICAINS EUX MEME QUI NEW VEULENT PAS SE DEVELOPER. ILS SONT A ABIDJAN SE BATTRE POUR REPRESENTED UNE MONNAIE DE LA FRANCE QUI NA AUCUNE UTLITE POUR LEURS PEUPLES ET LEURS ECONOMIE. 1949, LA CHINE ETAIT PAUVRE ET MAINTANT DEUXIEME PUISSANCE ECONOMIQUE DU MONDE. C EST UNE QUESTION DE DIGNTE ET DE RESPECT DE SOI.
Wampus En Avril, 2017 (20:14 PM) 0 FansN°: 1
c'est une question de survie dans un monde de fauves
Anonyme En Avril, 2017 (07:21 AM) 0 FansN°: 7
Vous vous mettez le doigt dans l'oeil !!! Et jusqu'au coude !!! Les chinois vont vous bouffer !!!
Anonyme En Avril, 2017 (08:43 AM) 0 FansN°: 8
CHINE : des restrictions toujours plus fortes sur les musulmans au Xinjiang à l’occasion du Ramadan



Cette année encore, comme depuis plusieurs années, les autorités tentent de restreindre l’observance du Ramadan par les musulmans du Xinjiang, cette province de l’extrême ouest chinois. Dès avant le commencement du mois sacré de l’islam – fixé au 18 juin cette année –, les sites Internet des institutions publiques ont explicitement affiché le message. « Durant le Ramadan, ne jeûnez pas, ne participez pas à des veillées ou à d’autres activités religieuses », pouvait-on ainsi lire sur le site d’une localité du Xinjiang.



Un autre site officiel, celui de l’Administration pour l’alimentation de Jinghe, district frontalier du Kazakhstan, indique que « les lieux de restauration seront ouverts normalement durant le Ramadan ». Dans le même district, le site de la localité de Bole invite « à ne pas jeûner ou à prendre part à des activités religieuses durant le Ramadan ». A chaque fois, les mesures visent ou s’appliquent aux populations sur lesquelles les autorités peuvent exercer un contrôle direct, à savoir les fonctionnaires, les élèves des écoles et les étudiants à l’université. Mais elles s’étendent parfois au-delà : à Awat, localité de la préfecture d’Aksou, située mille kilomètres plus au sud que Jinghe, la police et les juges ont reçu ordre de « prendre la direction du travail consistant à instruire les familles de manière à ce qu’elles ne jeûnent pas durant le Ramadan, ni ne participent à aucune activité religieuse en lien avec le Ramadan ». A Tarbaghatay (Tacheng en chinois), ville frontalière avec le Kazakhstan, le Bureau de l’éducation a donné pour instruction à tous les directeurs d’école que « durant le Ramadan, les élèves des minorités ethniques ne jeûnent pas, ni ne pénètrent dans les mosquées ou prennent part à des activités religieuses ».



Dans cette province de près de 22 millions d’habitants, où vivent 47 des 55 ethnies officiellement recensées en Chine populaire (les « minorités nationales »), les populations musulmanes, notamment les quelque 9 millions de Ouïghours, vivent de plus en plus mal la politique de Pékin visant à les assimiler au sein de l’immense ensemble constitué par les Hans. Depuis plusieurs années, la sinisation forcée à laquelle ils sont exposés provoque en retour une réaffirmation identitaire, à laquelle les autorités répondent par une répression tous azimuts de tout ce qu’elles perçoivent, à tort ou à raison, comme étant le signe visible d’une radicalisation religieuse.



C’est ainsi que la pratique du Ramadan est assimilée à une manifestation d’« extrémisme religieux » au Xinjiang, alors que ce n’est pas le cas dans les autres provinces du pays. Toujours au Xinjiang, le port de la barbe peut mener en prison. Cela a été le cas pour cinq hommes jugés au début de ce mois à Atush (Atushi en chinois), dans la Préfecture autonome kirghize de Kizilsu. Les cinq ont été inculpés d’« activités religieuses illégales » pour avoir assisté clandestinement à des prêches de nature religieuse et parce qu’ils arboraient des « barbes en forme de croissant de lune ». Ils risquent entre un et trois ans de prison ferme.



A Niya enfin, dans la préfecture de Hotan (Hetian en chinois) (sud du Xinjiang), les autorités ont innové en organisant, trois jours avant le début du Ramadan, une « fête de la bière ». Dans cette localité majoritairement peuplée de Ouïghours musulmans, la municipalité se félicite de la participation à l’événement de « soixante fermiers et éleveurs [de moutons] ».



L’ensemble de ces mesures s’inscrit dans un contexte de plus en plus tendu où, aux attaques meurtrières revendiquées par des groupes extrémistes ouïghours répond une répression des autorités exercée sur l’ensemble des populations musulmanes de la province. En avril dernier, deux incidents ont fait six morts et quatre blessés à un poste de contrôle à Lop (Luopu), dans la préfecture de Hotan ; il semble que ce soit des contrôles d’identité ciblant des femmes voilées et des hommes barbus qui aient déclenché les violences.



Pour les autorités, la période du Ramadan devient une période extrêmement sensible. La fin du mois de jeûne, l’an dernier, a en effet été le théâtre d’un des épisodes les plus sanglants de ces dernières années au Xinjiang. Le 28 juillet 2014, jour de l’Aid-el-Fitr, qui marque la fin du Ramadan, une émeute a éclaté alors que la police tentait de forcer les femmes d’une famille du village de Beshkent (district de Shache) à retirer leur voile, lors d’un contrôle dans les domiciles ouïghours. Les violences qui avaient ensuite éclaté et leur répression extrêmement brutale auraient fait entre 100 et 2 000 morts, selon les sources.



Face à ces atteintes à la liberté religieuse des musulmans du Xinjiang, les organisations ouïghoures en exil, tel le Congrès mondial des Ouïghours (basé en Allemagne) ou l’UAA (Uyghur American Association), dénoncent la politique menée par Pékin. Dans les milieux religieux de l’islam mondial, les prises de position sont plus rares. Cette année toutefois, la célèbre université égyptienne Al-Azhar, par la voix de son grand imam Ahmed Al-Tayeb, a « condamné les autorités chinoises pour l’interdiction faite aux musulmans de jeûner et de pratiquer leurs rituels religieux durant le Ramadan dans plusieurs régions du Xinjiang ». La célèbre université rejette « toute forme d’oppression engagée contre les musulmans ouïghours en Chine qui affecte leurs droits religieux et libertés personnelles », et appelle la communauté internationale, l’ONU et les ONG de défense des droits de l’homme à agir pour mettre fin à de telles « violations », peut-on lire sur le communiqué publié au Caire

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com