Assainissement des cités religieuses: Au-delà de la priorité, une urgence ?

  • Source: : Seneweb.com | Le 05 juillet, 2018 à 19:07:53 | Lu 1633 fois | 8 Commentaires
content_image

Abdou Aziz Diop, membre du conseil de surveillance du Forum civil

Si beaucoup d’infrastructures visibles ont été réalisées dans ce cadre d’un vaste programme de modernisation des cités et villes religieuses du pays entrepris par l’Etat, l’on ne saurait perdre de vue que certains programmes d’assainissement des cités et villes religieuses tardent à être mis en œuvre et au-delà d’être une priorité, ils sont devenus une urgence. Dans un document parvenu à Seneweb, Abdou Aziz Diop, membre du conseil de surveillance du Forum civil estime que l’Etat doit aller vite dans la mise en œuvre de ces programmes et ce pour plusieurs raisons.

A partir de 2023, le Maouloud et le Magal célébrés en plein hivernage

En effet, les cités religieuses comme Touba, Tivaouane, Ndiassane, Kaolack, Yoff, Médina Gounass accueillent des millions de fidèles lors des grands événements religieux comme les Gamou, Magal, Dakka, Appel… mais aussi tout au long de l’année à travers les ziars. Mais à partir de 2023, le Maouloud et le Magal seront célébrés en plein hivernage et ce sera un cycle de 10 ans au moins, interpelle Abdou Aziz Diop, qui redoute qu’un Maouloud ou un Magal sous les eaux, sans un système d’assainissement adéquat et fonctionnel pour ces dites cités religieuses, peut donner lieu à des plans «Orsec». D’où l’intérêt pour les gouvernants de se mettre dans une logique d’anticipation, préconise-t-il.

Des programmes d’assainissement inexistants ou non exécutés

Le diagnostic est alarmant et souvent identique dans beaucoup de cités religieuses, analyse Abdou Aziz Diop qui liste entre autres: les Programmes d’assainissement (eaux pluviales et eaux usées) quasi inexistants ou non exécutés ; le déficit de motopompes et de camions hydrocureurs dans beaucoup de cités religieuses ; l’absence de déversoir et de canalisations en cas d’inondations, ce à quoi s’ajoutent des routes impraticables, des quartiers inondés durant la saison des pluies ; des fosses septiques et puisards dans presque toutes les concessions et surtout celles des chefs religieux qui abritent souvent des daaras et qui accueillent des millions de fidèles tout au long de l’année. «Il y a également, note-t-il, ces brigades de sapeurs-pompiers insuffisantes ou éloignées et là où elles existent, elles sont souvent confrontées à des problèmes de logistique, de carburant pour venir au secours des populations  inondées malgré leur professionnalisme et leur engagement. Et enfin l’absence de radiers submersibles surtout pour certains bas-fonds».

Quelles solutions à court et moyen termes ?

Une fois le diagnostic fait, le membre du Forum civil de prodiguer quelques recommandations aux gouvernants à savoir: «inscrire le programme d’assainissement des cités et villes religieuses comme une urgence. Choisir des entreprises qualifiées et reconnues dans le domaine pour l’exécution des travaux. Eviter le clientélisme, la sous-traitance et le saucissonnage dans l’attribution et l’exécution des travaux, ce qui pourrait impacter négativement sur les délais, la qualité et le coût des travaux».

Il s’agira également, ajoute-t-il, de renforcer les ressources des collectivités territoriales qui abritent ces cités religieuses pour assurer la maintenance surtout. Et de mener des enquêtes de satisfaction auprès des populations des dites cités.

Au-delà de l’assainissement, renchérit-il, la question de la voirie est aussi une problématique connexe et à ce titre les voies et artères de ces cités religieuses qui mènent vers les grandes mosquées, les résidences des chefs religieux, les marchés et autres lieux publics doivent être élargies sous forme de boulevards pour éviter les bousculades lors des grands événements religieux mais aussi faciliter aux forces de secours les interventions et évacuations en cas d’accidents ou autres sinistres en tirant les leçons de la bousculade meurtrière à la Mecque en 2016.

A quelques sept mois des élections (Présidentielle et Locales), les autorités religieuses, devraient mettre à profit les prochains Magal (octobre 2018) et Gamou (novembre 2018) pour interpeller les autorités politiques et étatiques pour qu’elles prennent des engagements fermes à court et moyen termes et non des promesses pour la réalisation effective des programmes d’assainissements et autres programmes prévus dans le cadre de la modernisation des cités religieuses et non encore réalisés.

Les hommes politiques, les politiciens, aiment les choses visibles comme les grands édifices ou infrastructures visibles à la place des projets d’assainissement coûteux et souterrains mais avec un impact réel sur le vécu des populations, fera-t-il constater.

Comme palliatif, au cas où l’Etat peine à anticiper sur la problématique de l’assainissement de ces dites cités religieuses, il recommande aux millions de fidèles issus de ces différents communautés religieuses de faire des souscriptions volontaires (bien gérées) pour se substituer ou venir en appoint à l’Etat. Car, mieux veut agir à temps, conseille Abdou Aziz Diop, plutôt que de réagir à travers des plans Orsec ou secours d’urgence….

Rassemblés par Momar Mbaye


Auteur: Seneweb news - Seneweb.com






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (5)


Bob En Juillet, 2018 (20:09 PM) 0 FansN°: 1


Triste Sénégal, y a pas que les cités religieuses dans ce pays ...... C'est tout le pays dans son ensemble qui doit être assaini ....................................... Si les cadres du forum civil réfléchissent ainsi, alors on est mal
Reply_author En Juillet, 2018 (21:12 PM) 0 FansN°: 1
l'ignorance de de notre dogme et par activisme politique a poussé l'etat a perpétré le bida;. si on était en conformité de la méthodologie du prophète, sallahu alayhi wa sallam, chaque foyer religieux aurait abrité une université dans une des domaines islamique ( université de figh, de hadith etc)
Reply_author En Juillet, 2018 (07:13 AM) 0 FansN°: 2
toi con avec ton hadith et ton figh des bédouins à la con qui ne servent à rien du tout
Anonyme En Juillet, 2018 (20:26 PM) 0 FansN°: 2
Il est temps qu'elles se prennent en charge ses éternelles assistées  :thumbsdown:  :frustre:  :frustre:  :frustre:  :frustre:  :frustre:  :frustre: 
Anonyme En Juillet, 2018 (01:41 AM) 0 FansN°: 3
POURQUOI LES CITÉS RELIGIEUSES SEULEMENT ,IL FAUT DIRE TOUT L'ENSEMBLE DU PAYS,COMME SI LES CITÉS RELIGIEUSES SONT PLUS IMPORTANTES QUE LE RESTE DES VILLES
Seneralleur En Juillet, 2018 (09:38 AM) 0 FansN°: 4
Comme d'habitude, nous ne pouvons pas nous empêcher de nous enfoncer plus loin dans l'ignorance.

Les cités dites religieuses n'apportent rien au développement du pays. En quoi l'Etat doit-il dépenser notre argent pour entretenir une ville, un village ou je ne sais quelle autre bourgade ? De quelle religion parle-t-on ?



Nous devons conserver et consacrer nos maigres ressources à l'éducation de nos enfants, à la santé, à l'agriculture, la pêche et l'élevage, à tout projet de développement national qui ne s'encombre pas de la croyance des uns et des autre. Au lieu d'entretenir les lieux dits de culte ou religieux.

Il est grand temps d'arrêter cette hypocrisie, il est inscrit noir sur blanc que le Sénégal est une République laïque.

Le salut de ce pays est clairement dans la séparation de l'Etat avec les cultes religieux quels qu'ils soient. Ne donnons pas de l'argent à ceux qui en ont plus que nous. Réveillons-nous et refusons cet obscurantisme d'Etat qui plombe l'économie et le développement des mentalités dans notre pays.



Wake-up

Anonyme En Juillet, 2018 (12:03 PM) 0 FansN°: 5
Quand le serpent des cités religieuses mordra, cela fera mal au developpement du Sénégal! Une route est construite pour une cité religieuse dans le Djilor et des villages importants sont snobés! Quelle injustice! Un pays ne se construit pas comme cela, il faut des priorités d'ordre national pour se développer!!!!!

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com